Do you fancy FANCY ? #1

Y’a déjà quelques jours, sur la page facebook de la rédaction, je vous ai dit que j’allais vous présenter FANCY, le groupe du moment qui déboîte.
Alors, j’avoue, quand ma pote Pam me propose de les rencontrer un soir où l’on était allées voir The Goastt à la Maroquinerie, je n’ai pas demandé mon reste, j’ai dit OUI. Pam, en bonne bookeuse qu’elle est me parle du prochain concert à la Flèche d’Or, elle m’explique que j’dois m’inscrire par mail mais que c’est FREE, donc pas un kopek à lâcher : « Que demande le peuple ? » ! Elle m’envoie vers un article de Tsugi où en plus je peux zyeuter le clip du groupe, ça s’appelle SHOCK ME. Alors je m’exécute. Et là… Putain… Impossible d’écouter autre chose pendant des jours… J’suis du genre à aller dans un club, rester debout sans bouger, vivre les choses de l’intérieur. J’peux facilement aller à un festival techno, me mettre au premier rang, rester figée alors que ça emmerde tous les gens qui m’entourent mais fuck,  je préfère garder les choses pour moi. Mais là… SHOCK ME, je l’avoue et croyez-moi ou non, m’a fait tortiller du cul !
La rencontre avec Jessie Chaton s’est faite mercredi dernier. J’avais du bon matos mais étant qui je suis, pas de questions préparées. J’ai choisi de m’immerger dans l’univers un peu loufoque du leader du groupe, et j’ai été littéralement embarquée.
Et comme j’suis cool, je partage avec vous notre conversation.
Ne me remercie pas, viens Lundi 6 octobre à la Flèche d’Or.

les détails pour venir lundi  6 octobre ———-> ICI


Ginette : Fancy, le groupe existe depuis quand ?

Jessie Chaton pour Fancy : Pas mal de temps en fait, on va dire depuis 2003/2004. Nous on se connaissait avant, de quand on était plus jeunes. On a démarré sous d’autres formations (CQFD) et il y a dix ans on a décidé ça, de former Fancy et voilà.

(G) Le premier truc que j’ai fait : j’suis allée sur Google Trad pour voir ce que cela voulait dire.

(J) Ah oui ? Et donc ?

(G) Et donc : caprice, fantaisie, goût, penchant, imagination, avoir envie de, aimer, imaginer, se figurer, « do you fancy a cup of tea ? ». Du coup, l’idée, c’est quoi ?

(J) En fait c’est ça, l’idée c’est qu’on voulait un nom très court. Quand on a commencé la mode c’était au « the machin » « the ceci » « the cela » donc on voulait un nom assez court, assez simple qui sonne quand tu le dis. Tu vois fancy quand tu le prononces c’est pas compliqué à dire et effectivement on a vu que c’était assez ouvert au niveau de l’interprétation donc c’était parfait et ça restait dans des choses qui nous plaisent.

(G) Fantaisie : j’ai fait mes petites recherches et j’ai vu que sur scène tu as LA TENUE, TU ES MAQUILLÉ, évidemment c’est un choix mais pourquoi ?

(J) Bonne question. En fait, c’est lié à notre culture musicale, tout ce qu’on a écouté et qui est plutôt axée 70’s et 80’s aussi beaucoup, même si on écoute des trucs beaucoup plus vieux et ça a toujours été comme ça. Pour nous c’est quelque chose d’assez normal, d’assez naturel de donner du show et le show ça va aussi avec ton look. On vit dans une époque où les gens sont assez ordinaires, il y a une espèce de truc où tout le monde se ressemble. Même quand les gens sont lookés ils se ressemblent beaucoup donc nous on vient peut-être avec quelque chose qui aujourd’hui dépareille un peu mais qui pour nous paraît complètement naturel ; et effectivement c’est tout ce qui a été cette vague de Glam notamment entre les 70’s/80’s de Bowie à Mötley Crüe, Kiss et compagnie.

FANCY_photo presse_(c)Boby

(G) Ben j’allais te parler de Kiss et Bowie. J’ai même cru voir le Rocky Horror Picture Show* (RHPS).

(J) Ça on me l’a beaucoup dit, effectivement je dois avoir une ressemblance avec Tim Curry capillairement et peut-être aussi dans le côté performer, mais moi j’aime pas le RHPS*. En fait c’est pas que j’aime pas, je vais rectifier. C’est plutôt que ça ne me touche pas. Si on parle de film glam de la période 70’s, pour moi c’est Phanthom of the Paradise. Moi c’est ça qui me touche. RHPS non… Mais je comprends qu’on me fasse la remarque, et quand j’avais vu le film, j’étais forcé de me rendre à l’évidence.

(G) Je pense que c’est très lié à ton côté méga décomplexé, du mec qui se tortille…

(J) Oui décomplexé comme tu dis, et y’a un petit truc au niveau du visage…

(G) J’ai trouvé une interview où tu parles du Duran Duran et surtout de Wham ! Donc : parle-moi de Wham ! s’il te plaît !

(J) Ouiiii, alors je parle surtout pour moi, pas pour le groupe. En général je fais les interviews seul. Moi j’suis un gros gros fou de Wham ! et de George Michael, c’est quelque chose que j’adore. Déjà, pour moi, George Michael fait partie des influences au niveau de l’écriture d’une chanson pop. Malgré le côté « minet », « boy’s band » qui a dû en agacer pas mal à l’époque, en dessous ça on trouve de vraies de chansons : les mecs savaient écrire de vrais titres pops et super bien ficelés. J’en suis dingue. Et en plus, certes il y avait le look boy’s band mais ça reste dans l’époque, c’est authentique.

(G) Comment en es-tu arrivé à bosser avec JUSTICE et Rhinocéroze ?

(J) Alors prenons dans l’ordre, d’abord c’est Rhinocéroze et c’est par le biais de leur manager/tourneur Pascal Sanchez qui a flashé sur une démo. A l’époque c’est notre manager Philippe Lebrat qui avait un beau carnet d’adresses et qui est allé vers cette personne qui a décidée au début de nous prendre un peu en main au niveau des concerts et qui du coup m’a proposé un jour un jour un featuring. Rhinocéroze aime changer de concept et c’était l’idée du moment, que je fasse quelque chose pour eux les branchait bien donc on a fait Bitch qui est devenu un petit tube en Espagne, Amérique du sud, Japon… Ensuite j’ai refait deux titres avec eux : Touch Me et Cadillac. J’étais encore en Espagne avec eux (FIZ FESTIVAL, Saragosse). Avec eux j’ai fait beaucoup de tournées. Justice c’est arrivé plus tard. Un an ou deux après. Xavier était venu me parler. J’étais sur une date avec Rhinocéroze en Angleterre, lui il mixait. Il m’a dit qu’il était super fan du groupe, qu’il écoutait tout le temps et du coup toute cette bande d’Ed Banger, de Justice et Pedro Winter nous a vachement aidés parce qu’ils étaient – et sont toujours –  fans du groupe. C’est de là qu’on en est arrivé à ce point d’orgue de me proposer de participer à D.A.N.C.E. J’pensais pas que ça deviendrait un grand tube, en fait c’est plutôt que je ne m’imaginais pas que ça deviendrait un tube international. J’sais pas si ça a été numéro 1 mais ça a été vachement diffusé aux États-Unis, au Japon, en Australie. Partout, les gens de cette scène connaissent ce titre. Il était même dans les charts. C’est donc parce qu’ils étaient fans de Fancy qu’ils m’ont proposé cette collaboration.

(G) A part te dire que c’était cool…

(J) Ah oui je te confirme, c’était cool !

(G) Je voudrai qu’on enchaîne sur la mégalomanie. C’était à propos de King of the World, dans une interview tu parles avec un de tes camarades de conquérir le monde.

(J) Ah oui. Disons que nous on est toujours là dedans, on aime ça. C’est du premier degré. Ça a été mal perçu. On était peut-être un peu too much avec notre look. Le message qu’on voulait faire passer c’est : putain on fait de la musique, oui c’est pour essayer de tout casser, de faire kiffer les gens, de monter au maximum de ce que tu peux en générosité. Doc oui tu es mégalomane, avec tous les rêves clichés, super stéréotypés de beaufs qui vont avec, c’est-à-dire avoir une grande maison, une grosse bagnole, plein de fric à la banque et que tout le monde te cite en influence, donc oui on avait ça. Après, je ne sais pas si on a pu conquérir le monde. Pour nous on l’a fait mais pour les gens j’pense pas puisque on en est toujours au même point mais on est content. Oui on a toujours cette ambition, forcément. Je pense que beaucoup de groupes le cache. C’était ça le pied de nez. Beaucoup de groupes sont de faux modestes, faux humbles, faux artistes torturés, refusent les interviews alors que moi j’adore ça les interviews. Je rêve de ça, qu’on m’appelle tous les jours pour en faire.

(G) Je t’appelle tous les jours si tu veux.

(J) Mais tu peux m’appeler tous les jours. Si tu fais de la musique, c’est quand même pour la partager.

(G) A moins de vouloir rester seul dans sa chambre…

(J) Exactement ! C’est là que je pense être excentrique et mégalomane. Je ne suis pas dans la démarche de dire « vous ne pouvez pas comprendre ma musique ». Non non, moi je veux que tout le monde comprenne la musique qu’on fait, c’est quand même le but recherché de toute personne.

(G) Ça me fait plaisir ce que tu dis parce que j’ai déjà eu droit à des réflexions sur ma mégalomanie quand j’ai parlé de monter Ginette,j’ai osé dire que je voulais que ça marche…Alors quand je t’ai entendu prononcer ce mot dans l’interview, ça a fait tilt !

(J)  Mais voilà ! Nous on faisait ça comme les rappeurs ou les rockeurs de l’époque. A l’époque, les Stones et AC/DC se donnaient le titre de « plus grand groupe de rock du monde » alors qu’ils savaient très bien qu’il y avait des groupes hyper forts comme Led Zeppelin. C’est du show, du divertissement. Malheureusement en France, ou même à travers le monde, on est dans une époque où c’est vite hyper mal vu alors que bon…

(G) Parfait que tu enchaînes sur l’époque parce que je crois savoir que tu as dit « T’as toujours la nostalgie d’une époque que t’as pas connue ». Penses-tu sincèrement qu’il y aura des gens un jour, quelque part, qui seront nostalgiques de la notre. (Fou rire)

(J) Ah bah ouais, c’est obligé ! Ouais moi aussi ça me fait rire mais c’est parce qu’on ne s’en rend pas compte, c’est toujours pareil. Quand j’avais… un certain âge… il y avait Nirvana. Et aujourd’hui’ hui dans la rue, y’a pleins de gamins qui ont dû naître à l’époque où Cobain est mort.

(G) Même bien après, ça fait 20 ans…

(J) Oui t’as raison mais on va être sympa et dire quand est sorti « Smells Like Teen Spirit » qui n’ont pas connu cette époque mais qui auraient kiffé vivre dans les 90’s. Il y aura toujours ça. Bon, les 90’s c’est une des dernières décennies où il reste un peu de glamouresque – bien que pour moi non – il y a quand même eu des grands trucs. Je parle de rock parce que dans l’électro et le rap ça reste une grande époque. Pour répondre à ta question, je pense que dans trente ans, des gamins vont triper sur la scène d’ Ed Banger, ou Booba, ou Rhoff j’en sais rien. Nous ça nous touche moins car on est moins dans ce circuit, on ne s’en rend pas compte tout simplement. Ce sera toujours comme ça.

Parlons clip, qui l’a fait ? ——– CLIP ————

(J) Shock Me ? Justement ce sont des potes qui ont un groupe de rap, ils sont plutôt Hip Hop, ils s’appellent Frères de sang et dans les trois c’est Fibo qui réalise déjà pour Frères de Sang et d’autres. On a fait ça en une journée, il est vraiment très bon. Nous sommes vraiment contents.

(G) Peux-tu me parler de clips qui t’ont marqué ?

(J) Que dire ? Putain c’est dur… Pfff… Bizarrement, peut-être un clip très récent, enfin pour les gens ça ne va pas sembler récent… c’est un clip de 1999 Les Rythmes Digitales – (Hey You) What’s That Sound? Y’a beaucoup de dérision et surtout il a filmé ça avec une caméra 80’s où t’as le grain VHS et là j’dis ça mais là y’a une grosse mode, ça revient. Moi-même dans d’autres projets que j’ai je compte le faire. Julian Casablancas l’a aussi fait. Ca me plaît ce retour VHS et 80’s. Mais pour faire plus dans les classiques, j’sais pas j’te prends au hasard Club Tropicana de George Michael. Les gens vont dire que c’est super kitch, ok, mais y’a un côté gamins/vacances, ça fait rêver ; le côté hyper marqué eighties.

 

(G) Musicalement, te sens-tu « dans la lignée de » ? « Héritier de ? » ? Ou alors t’en as rien à foutre ?

(J) J’suis un bâtard, je me sens de la lignée de tout le monde. J’suis croisé avec des tas d’artistes, autant femmes que hommes. Tout m’influence. Je pense à Minnie Riperton, Suzi Quatro, Stevie Wonder ou Gary Glitter. La liste est large et doit compter un milliard de trucs… J’ai pas de lignée. Je porte un t-shirt de stray cats et je vais écouter Julien Clerc en rentrant chez moi. 

(G) T’es pas sectaire. 

(J) Ça dépend, la musique actuelle j’ai vraiment du mal. J’ai pas envie de citer de nom car pas envie de casser des gens, mais je trouve qu’on vit dans une époque très chiante. La musique reflète l’époque. Y’a trop longtemps pour moi que la musique n’est pas excitante. A l’exception de la musique électro par exemple, mais ça me touche moins comme je te l’ai déjà dit. J’aime mais ce n’est pas ce que je vais écouter spontanément chez moi. Y’a aussi des avancées dans le hip hop, mais dans la musique que j’aime, le rock, la pop, la funk c’est un peu pfff…

 

(G) Bon, t’es le premier que j’interviewe, et a priori y’aurait une ou deux questions récurrente. Alors je tente. Si tu avais à mettre un artiste en avant, quel que soit son art, tu choisirais qui ? 

(J) Ta question est tentante, et si je ne l’avais pas déjà fait je serai prêt à répondre Jessie Chaton, non sérieusement je l’ai déjà fait donc je n’insiste pas.  Non j’sais pas. Après c’est les potes, y’a Frère de sang, Justice, Jamaica. Tous ces gens qui ont toujours été à nos côtés. Je pense aussi aux Gush, Natasha Lejeune. Des gens qui gravitent, avec qui on est potes dans ce circuit. Y’en a beaucoup. Je pense aussi à General Elektriks mais parler d’un autre artiste vraiment qui m’aurait ému… Non, je suis désolé.  En même temps je reste ouvert, j’ai envie de découvrir des choses. J’suis pas blasé. C’est vrai que tout à l’heure je disais que l’époque est chiante mais je sais très bien qu’il y a des tas de choses excitantes qui sortent mais qui il n’y a pas les projecteurs sur eux. Parler d’un spécialement à mettre en avant… Tous ceux-là, ils sont mes potes, je voudrai qu’il leur arrive encore plus de bonnes choses car ils le méritent tous. Même Justice qui est à un super niveau, j’aimerai qu’ils grimpent encore plus parce que c’est mérité.

 

(G) Largement mérité oui.  Pour finir, dis-moi, ça fait quoi d’être un SILF (Singer I’d Like to Fuck). 

(J) Evidemment ce n’est pas moi qui me le suis autoproclamé.  C’est Bobby Alain, un très bon  photographe qui a écrit la bio. C’est flatteur pour commencer. J’aime cette appellation car, loin de moi l’envie de jouer les Caliméro, mais comme j’suis pas un beau garçon, j’suis pas un playboy, j’suis pas un minet… Je trouve qu’avec le temps – mais peut-être pas pour les femmes-  je pense qu’au final c’est plus ce qu’on recherche nous les hommes parce que j’en ai un peu souffert de me dire « j’suis pas beau », même si je ne suis pas Quasimodo. Ce que je veux dire c’est que le préfère être ça aujourd’hui, c’est-à-dire quelqu’un qui va exciter sexuellement les femmes ou les hommes que d’être un minet très beau. Aujourd’hui je trouve ça beaucoup plus flatteur et ça m’intéresse plus d’être ça, de provoquer une envie sexuelle chez les gens plutôt que des « oh il est troooop beau » parce que je suis adulte et que c’est plus adolescent. Bien sûr, faut pas se leurrer, quand quelqu’un te plaît c’est d’abord physique, tu vas le/la trouver beau/belle, il va y avoir une attirance. Pour un mec c’est flatteur parce qu’on est capable de changer de chemin pour suivre un cul ou des seins, on peut regarder des culs toutes les deux minutes. Pour une fille c’est peut-être différent parce que la fille peut se dire qu’elle est un bout de viande, ce que je comprends puisque ça m’est plus ou moins arrivé. Je sais ce que ça peut être qu’on veuille juste te baiser, y’a pas un truc très flatteur là dedans mais quand t’es un mec si en fait. Donc oui, être un SILF c’est très agréable, ça m’a fait très plaisir.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Do you fancy FANCY ? #1 »

  1. Ping : °°° Etat des lieux °°° | Ginette Le Mag

  2. Ping : VOLUTES… partent en fumée #1 | GinetteLeMag

  3. Ping : Do you fancy FANCY ? #2 | GinetteLeMag

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s