NHKFF, Electro(nica), BO et bouffe chinoise

10612919_797840113590783_3744781331723268910_n-1

 

À la rédac de Ginette Le Mag, on a bossé aussi pendant les vacances de Noël. Certains parleront d’exploitation, et ils auront raison… Cela dit, ça a permis à la stagiaire de faire une chouette rencontre avec un jeune compositeur.

Notre stagiaire rentrait de Bretagne où elle s’était mis la tête à l’envers… Son réveillon du jour de l’An n’avait pas eu comme seule conséquence d’engorger son foie. Sa cervelle aussi avait morflé. En effet, elle avait vécu une expérience quasi chamanique. Grâce ou à cause d’une substance à ce jour toujours inconnue –on suppose que des mélanges chelous ont été réalisés ce jour-là -, elle se souvient uniquement d’un épisode où elle joue seins nus dans son vomi et tente de redonner vie au saumon mal digéré. N’y parvenant pas, elle chiale, reporte son retour à Paname d’une journée et se rend à son RDV pour interviewer NHKFF au Café Mondes et Médias sur la place de la République.

____________

542639_519954014712729_241788563_n

 

 

Ginette : Et si on commençait par ton nom de scène ? NHKFF ?

NHKFF : D’où vient le nom ? En fait je ne trouvais pas de nom. Un soir avec un pote on est allé manger au resto, on s’est dit que ce n’était plus possible. On était dans un resto chinois de Paris, on a regardé les initiales «New Hong Kong Fast Food » et comme en plus j’suis fan de bouffe chinoise, ben voilà.

Ginette : Tu es DJ producteur, peux-tu préciser ?

NHKFF : Et bien je veux dire producteur dans le sens où je compose de la musique en fait.

Ginette : Tu as commencé quand ?

NHKFF : La musique en général : depuis que je suis tout petit, j’ai une grosse formation en piano classique. La musique électronique j’en écoute depuis un moment mais j’ai commencé à composer sur l’ordinateur il y a trois ans environ. J’ai été formé au CNR de Boulogne, et j’ai arrêté juste avant de passer mon prix.

Ginette : Tu fais donc de l’électro depuis trois ans ? Tu as mixé tout de suite dans les soirées ? Ca se passe comment ?

NHKFF : Je suis beaucoup sorti après mon lycée, j’ai pas mal fréquenté les clubs. J’avais envie de jouer devant des gens, ça m’attirait et comme j’avais pas mal de potes qui organisaient des soirées. J’ai commencé à jouer en soirée en 2012. J’ai fait quelques petites dates grâce aux potes, puis avec le temps j’ai commencé à travailler ma musique plus sérieusement. Maintenant je fais un peu plus de dates, je commence à me faire payer, mais au début c’était plus du délire entre potes. J’ai toujours adoré passer du son en soirée, et ça m’a mené vers ça. Mais avant tout je suis musicien. C’est pour ça que je précise DJ Producteur, parce que pour moi DJ ça a une consonance péjorative. Trop souvent dans l’esprit des gens un DJ c’est le gars qui passe des disques et qui est là pour s’adapter à l’esprit des gens alors que moi, mon idée, c’est que les gens viennent écouter ce que je fais moi. Je suis compositeur avant d’être DJ.

Ginette : Oui comme plein de DJ. Je pense à SebastiAn par exemple. C’est un musicien. Il a accompagné son frère Noël Akchoté (artiste de free jazz) sur scène, ou bien Jean-Louis Costes (artiste underground). Je comprends bien ce que tu veux dire. « DJ » c’est réducteur par rapport à ce que tu proposes et ambitionnes. Tu es musicien, compositeur, être DJ c’est utiliser un support parce que l’électro est dans ça.

NHKFF : C’est ça, mais des très bons DJ il y en a. Moi, par exemple, je ne suis pas un très bon DJ. Je suis un compositeur qui fait des DJ SET. Ce qui m’intéresse, c’est ce que je prépare actuellement. Je travaille sur un live. L’idée ce sera de jouer uniquement mes propres morceaux, ce ne sera plus du DJ-isme.

Ginette : Je vois très bien de quoi tu parles. Tu connais Jackson and his Computer Band?

NHKFF :  Oui bien sûr! Lui il va carrément plus loin. Il a es concepts assez incroyables au niveau de ses lives. Je ne suis pas forcément attiré par sa musique mais je suis admiratif de ce qu’il propose durant ses lives. C’est assez incroyable. Il s’y connaît très bien en musique, et je parle aussi du côté scientifique, technique.

Ginette : Donc pour faire simple, bien que ce ne soit pas cette musique là que tu proposes, l’idée du show, des lives, elle est du même ordre ?

NHKFF : C’est ça !

Ginette : Et le fait que ce soit de l’électro, au final, c’est presque pas ça qui importe. Tu pourrais t’exprimer dans d’autres styles de musique, ce qui t’intéresse c’est de créer si je comprends bien…

NHKFF :  Oui c’est ça, mais qu’on soit clairs, je ne suis pas unique. Beaucoup de DJ sont avant tout des compositeurs. Je précise parce que dans l’électro, il est facile d’appeler des gens DJ alors qu’ils sont tout simplement des compositeurs.

Ginette : T’as un label ?

NHKFF : Alors, je n’ai pas de label « permanent » mais je vais signer des tracks chez un label ukrainien qui s’appelle ADRO. Je suis en discussion avec d’autres labels donc je ne vais pas pouvoir mentionner leurs noms. Jusqu’à maintenant, je n’ai rien sorti avec un label. C’est de l’autoproduction. C’est pas forcément un choix, j’attendais plutôt de pouvoir approcher des labels qui me plaisaient vraiment.

Ginette : J’imagine que les 300 000 vues de Until We Bleed ça doit aider ?

NHKFF :  Alors en fait il y en a beaucoup plus, 300 00 c’est sur Soundcloud mais tu peux ajouter Youtube et le reste…  C’est ça qui m’a propulsé. C’est un pote à moi qui un jour m’a suggéré de remixer un son un peu connu pour créer une sorte de vitrine afin que les compteurs éclatent. On peut dire que ça a marché puisque ça a clairement changé ma vie. Ce son c’est celui de Likke Li que j’adorais et je me suis lancé. J’ai collaboré avec un autre compositeur qui s’appelle Joey Lacroix, un ancien camarade de classe.

Ginette : On peut parler du clip du remix ?

NHKFF :  Oui. C’est un ex camarade de mon école de cinéma, Alcibiade Cohen et Aurélien Wiik qui lui est un acteur parisien. Ils ont tourné ça en Californie, à Los Angeles, et moi j’ai récupéré les images et avec les potes on a monté le clip [NHKFF a fait une école d’audiovisuel, l’ESRA de Paris]. On voulait marquer le coup avec un clip, même si ce n’est pas ça qui a fait décoller le remix. C’était important. En fait en parallèle de la musique je fais de l’image : j’ai un profil de technicien (technique vidéo et technique son). J’ai bossé dans une boîte de postproduction télé (notamment montage). Grâce à cette école j’ai pu participer à des projets de courts-métrages comme compositeur de la bande-son et monteur son/mixeur.

Ginette : C’est parfait qu’on parle de ça parce que j’ai lu quelque part que tu disais que tu étais influencé par le cinéma. Alors, le mec étudie la musique et le ciné, évidemment que tu veux faire des BO (bandes originales de films). N’est-ce pas ?

NHKFF : C’est clair. C’est vers ça que je veux aller. J’ai commencé à petite échelle avec des courts-métrages mais bien sûr je veux composer des musiques de films et des lives.

Ginette : Parle-moi des BO qui te plaisent.

NHKFF : La BO qui m’a le plus marqué je pense que c’est la BO de Solaris composée par Cliff Martinez, ancien batteur des Red Hot Chili Peppers. J’suis hyper fan de ce type. C’est un compositeur de musique de film reconnu qui utilise vachement l’alliance entre musique électronique et acoustique. Ca me plaît. Ses mélodies me font vibrer. Le choix de ses sons me plaisent et me parlent. La BO d’American Beauty m’a beaucoup marqué, elle a été composée par Thomas Newman. Dernièrement, grosse BO qui m’a beaucoup marqué : celle de la série Utopia de Cristobal Tapia de Veer. Si tu n’as pas vu la série je te la conseille, elle est géniale et la BO y est pour beaucoup.

Ginette : Tu parles de Cliff Martinez alors je rebondis sur Drive pour lui rendre justice. Pour ce film dont j’suis fan, on ne parle que de Nightcall de Kavinsky – et crois moi j’suis aussi fan de Kavinsky – pourtant on trouve des titres de College, Chromatics, Desire, Riz Ortolani mais surtout Cliff Martinez.

NHKFF :  Ah mais ça c’est un gros scandale. Dans l’esprit collectif la BO c’est College et Kavinsky alors que c’est quasiment que Martinez. En plus la musique de Kavinsky m’insupporte réellement.

Ginette : Pas moi, j’adore ce morceau, j’adore Kavinsky, mais je trouve injuste qu’on oublie Martinez en effet.

NHKFF :  Après, la BO est géniale. Mais pour moi ça reste un scandale qu’on soit si réducteur en oubliant le principal compositeur. Martinez a fait les musiques de tous les films de Soderbergh dont Traffic. Tu connaissais donc Cliff Martinez ?

Ginette : Mais oui monsieur ! Et je suis fan, et je suis heureuse qu’on ait réparé à nous deux cette injustice en rappelant au monde sa place sur cette BO de Drive qui est déjà culte. Et je suis contente qu’on puisse parler de College parce que le gars a réalisé plusieurs albums, sa musique est d’excellente qualité, et on en parle peu.

NHKFF :  C’est vrai oui, j’écoutais beaucoup plus jeune. J’ai aimé ce qu’il a fait avec le collectif Valérie.

Ginette : La BO idéale ce serait quoi ?

NHKFF :  Ce serait pour moi pareil que ma vision de la musique en général. Pour moi c’est ce qui va t’arracher des larmes, te prendre aux tripes. Cliff Martinez ça marche bien sur moi en tout cas. Et je vais en reparler, surtout celle de Solaris. Même si le film est un peu chiant, il mérite qu’on le voie pour cette BO. Moi d’ailleurs j’écoute la BO sans voir le film. J’aime aussi la musique gaie qui file le smile, mais la musique qui va me marquer ce sera celle qui me donne envie de chialer. J’aime aussi les BO un peu plus mainstream comme celle de Gladiator par exemple. Même si au final ce n’est pas vraiment Hans Zimmer qui compose ses BO : il a une sorte d’armée de compositeurs qui bossent pour lui, je valide quand même !

Ginette : Et Clint Mansell ?

NHKFF : Bien sûr ! Il a fait la BO de Requiem for a Dream.

Ginette : Tu peux même dire qu’il a fait toutes les BO des films de Darren Aronofsky !

NHKFF :  Je suis archi fan de ce genre de BO aussi. Ca reste moins original que ce que fait Cliff Martinez, c’est plus… « facile » mais il n’en reste pas moins que ça m’influence vraiment dans ce que je compose. On peut y retrouver des sonorités, ces thèmes un peu mélancoliques…

Ginette : J’ai lu dans une chronique sur le net qu’on qualifiait ta musique de Deep House. Est-ce que tu es d’accord ? Je te pose la question parce que 1/ j’suis pas d’accord… mais 2/ si ça en est ça me réconcilie avec ce genre de musique, ce n’est pas celle que je préfère dans l’éléctro, ça a tendance à me gonfler rapido.

NHKFF :  Ah bon on parle de deep house ? Alors déjà, j’aime pas vraiment qu’on colle des étiquettes sur tout. C’est relou. Moi j’ai pas envie de faire de la « techno », de la « deep house ». J’ai envie de plein de choses. Ce n’est pas parce qu’on fait plein de choses qu’on est mauvais ? C’est une idée reçue à la con. Après, les puristes, les mecs qui dont faire 15 titres dans un même style ça existe mais moi ça ne m’intéresse pas. J’ai une culture classique, aujourd’hui je fais de la musique électronique : je peux faire du son qui peut passer en club comme de la musique plus expérimentale. Je refuse de m’enfermer dans un genre donné. L’appellation ELECTRONICA m’irait mieux en fait et ça me va comme ça.

Ginette : C’est très cohérent et très générationnel ce que tu dis. Je m’explique. Y’a 20 ans on n’avait pas accès à toute cette banque de musique, à moins d’être blindé de thunes. Aujourd’hui, la façon d’approcher la musique a beaucoup évolué. On rencontre des gens de 20 ans qui ont une culture musicale qu’on aurait mis 15 ans à se forger avant l’arrivée du web – soulignons là un des côté ultra positif – alors que tu sois influencé par de multiples courants ou cultures n’est pas étonnant. L’étiquette ne sert à rien.

NHKFF :  L’avènement du numérique est un grand débat. Il y a de très mauvais côtés comme le vol de la musique, mais d’un autre côté c’est une chance énorme de pouvoir partager ce qu’on crée. J’en suis l’exemple parfait. Sans Internet, je serais toujours dans ma petite chambre et je n’aurais peut-être pas pu faire ce que je fais là. Ou alors j’aurais plus galéré, mis plus de temps alors que là, il m’a fallu un petit son au bon moment et BIM ! Je regardais les statistiques Soundcloud, et c’est réellement le monde entier. Y’a 15 ou 20 ans ça aurait été impossible. Ce côté du numérique est génial. Après y’a le côté qui a pourri le business de la musique… Au final je pense que le positif prend le dessus. Avant ce qu’on entendait c’était essentiellement els gens repérés par les majors, les grosses maisons de disques, bien sûr il y a toujours eu des contre-exemples, mais on écoutait ce qu’on nous disait d’écouter. Aujourd’hui, on a le choix.

Ginette : De toute façon, il est évident que ça amène à repenser non seulement l’économie musicale et notre façon de consommer, mais également les processus de création. J’ai eu la chance de discuter de ça dans l’interview que j’ai faite du groupe If The Kids. Brice, le leader du groupe, un ancien Silmarils m’a parlé de comment ça fonctionnait y’a 20 ans et aujourd’hui et effectivement, la différence est flagrante. D’ailleurs, vis-tu de la musique aujourd’hui ?

NHKFF : Ça commence ! Alors passez assez pour m’offrir un appart à Paris mais je commence à avoir des dates et oui j’espère pouvoir en vivre. Contrairement à il y a quelques mois, aujourd’hui j’arrive à envisager pouvoir en vivre.

Ginette : Je te le souhaite en tout cas !

NHKFF : Merci Ginette !

____________

LES ACTUS DE NHKFF ——->

NHKFF se produira :

Le 20 mars 2015 au Café de la Presse avec MJNOR

Le 10 avril 2015 au Nuba

Et en attendant voici l’EP

10012559_862469537127840_1574255625252782741_n

Publicités

Une réflexion au sujet de « NHKFF, Electro(nica), BO et bouffe chinoise »

  1. Salut
    en visionnant le film MOON de D Jones 2009, j’ai eu l’impression d’avoir déjà écouté ce genre de BO (Clint Mansell); j’ai cherché et retrouvé mon autre film: il s’agit de SOLARIS 2002, BO de Cliff Martinez. J’ai superposé les deux: génial!! Alors ?? CM de 2009 ne se serait-il pas légèrement inspiré de CM de 2002 ???!!! A vous de me dire si mon oreille est mauvaise langue!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s