Raconte-moi Beyrouth #AsmaAbdelkarim

9782915002676

 

C’était un lundi soir, un lundi soir au Pitch Me, lors de la session #WIP61 que j’ai découvert Asma Abdelkarim. Elle était venue lire des passages de son premier ouvrage: Raconte-Moi Beyrouth. Ce soir-là il faisait une chaleur à mourir, le bourreau d’auteur s’appelait Johann Zarca (a.k.a Le Mec de l’Underground), lui-même écrivain. 

asma et Johan wip61

 

Asma est traductrice, journaliste, spécialiste des médias alternatifs de la région du Moyen-Orient. Elle termine une thèse à Paris. 

Asma a grandi en Tunisie, c’est une femme libre, exigeante, et entière. Elle se raconte, sans filtre, sans langue de bois dans ce témoignage qu’est Raconte-Moi Beyrouth

Rencontre

Ginette : Il s’agit là d’un témoignage, de ton témoignage sur un pan de ta vie. Pourquoi ce choix de forme narrative ? Pourquoi un témoignage plus qu’un roman ? Apprentissage et/ou émancipation ?

Asma Abdelkarim : Les deux. Apprentissage et émancipation. L’enseignement d’un parcours initiatique hors du commun. Je ne dis pas forcément que c’est un exemple à suivre, mais c’est certainement un récit qui peut inspirer certains. Je voulais donc le partager. C’est une démarche altruiste. Pourquoi pas un roman ? Parce qu’un témoignage est plus sincère. Ça sort du cœur et ça va droit au cœur. Et je pense qu’il a atteint l’effet escompté au vu des retours positifs de lecteurs.

Ginette : Ton titre  Raconte-moi Beyrouth – La vigne et le lierre. Vigne vierge et lierre se confondent, y’a-t-il un lien ? Explique-nous le choix du titre.

Asma Abdelkarim : Mmmm il faut lire le livre pour le comprendre ! (rires) Il y a deux sens à cela. Je vais en expliquer un et laisser découvrir le second. Il s’agit de ma relation avec Beyrouth et le Liban en général. En débarquant à Beyrouth j’étais une vigne vierge et le Liban m’a ouvert les bras et m’a serrée fort comme le lierre, sans jamais me lâcher. C’est un lien indéfectible qui s’est créé entre nous.

12650609_10156481737330506_315936759_n

Ginette : Tu es l’unique fille d’une fratrie de trois enfants. Ta mère, dont tu es très proche, est enseignante et le savoir, la culture, sont très importants au sein de ta famille. On peut dire que tu fais partie d’une classe sociale « aisée » ou « favorisée », tu sembles vivre dans une sorte de bulle, à l’abri. Le jour où tu pars à l’université, c’est un vrai choc des « cultures » ! Peux-tu en parler ?

Asma Abdelkarim : Je vivais dans un cocon à la maison. Notre mode de vie, j’insiste tout particulièrement sur l’hygiène qui était très différente chez moi, était très « européanisé » : on n’a pas de voisins ou de la famille qui débarquent sans prévenir au préalable, sans frapper à la porte, on ne sort pas de la maison avec un pyjama ou des pantoufles et encore moins avec des robes de chambre, on ne boit pas dans les verres des autres ce qui était la norme en Tunisie… Tout cela ce sont des petits détails, mais qui font toute la différence. A la fac, pour résumer, mon souci était de n’avoir pas pu effectuer mon voyage en Italie l’été de mon bac. Le souci de ma camarade de classe était de voir son fiancé en cachette en disant à ses parents qu’elle a raté le bus pour voler quelques minutes et le voir. C’était son fiancé qui a déjà demandé sa main à ses parents et qui va l’épouser. A l’école primaire où j’étais y avait des couples qui s’embrassaient alors qu’on avait 9/10 ans. J’en parle même pas du lycée. Voilà il est là le choc culturel.

J’ajouterai qu’au lycée, les filles passent toutes pour des Saintes nitouches. Elles flirtent, elles sucent, elles se font sodomiser (pour garder leur virginité) mais tu les entends parler comme des vierges effarouchées : « Mes parents sont strictes, je ne peux pas aller à tel endroit, ou je ne peux pas rentrer à telle heure. » Ça parait très contradictoire avec leurs mœurs. J’observais et cela me débectait car pour ma part, j’avais une éducation basée sur la responsabilisation et la confiance qui ne me permettait pas d’être excessivement dévergondée à 15 ans. Je me posais des limites, pas elles. Mais leur discours allait à l’encontre de leur comportement. Cette ambivalence et cette hypocrisie me révoltaient. Aujourd’hui, je comprends leur comportement, elle ne faisait que reproduire les principes d’une société pervertie et glauque qui ne s’assume pas.

Ginette : Ton papa est libanais, ta maman tunisienne. Ton père en Tunisie a toujours été « l’autre », « l’étranger ». Toi, tu pourrais être « juste tunisienne » mais le Liban t’appelle… Peut-on en parler ? Comment vis-tu ça ? Que ressens-tu ?

Asma Abdelkarim : Il y a 2 facteurs. Je voulais quitter la Tunisie un pays avec lequel je n’ai aucune affinité.  Et le Liban m’appelait pour les raisons que je détaille dans le bouquin. L’étrangeté en Tunisie couplée à l’appel du Liban m’ont fait prendre ma décision. Je me sentais mal en Tunisie.

Ginette : Dans ton parcours, tu étudies les langues, l’italien, l’anglais. Tu as toujours parlé français à la maison. Te sens-tu « étrangère » en Tunisie ?

Asma Abdelkarim : Oh que si ! Mais ce n’est pas seulement une question de langues. Je parle l’arabe classique et le dialecte libanais et j’en suis fière. Le problème est à chercher ailleurs. L’attitude agressive et misogyne ambiante me rebute. Le manque de politesse normalisé me débecte : on te colle au cul, quand ô miracle il y a une queue au supermarché, et si tu demandes gentiment à préserver ton espace vital on te regarde étonné. C’est là que tu te rends compte que c’est toi l’intruse et que l’impolitesse est de mise. Les mots « bonjour », « pardon », « merci » sont inexistants. Les commerçants, serveurs, fonctionnaires sont toujours de mauvaise humeur. L’ambiance générale est d’une lourdeur consternante. Je suis partie très jeune. Je n’ai plus rien en commun avec ce pays et à vrai dire, j’en ai jamais eu.

Ginette : Tu pars au Liban, terre d’une partie de tes ancêtres. Tu sembles t’y sentir chez toi, comme si le Liban était une évidence. Là-bas, t’y sens-tu étrangère ? Pourquoi ?

Asma Abdelkarim : Je me sens bien tout de suite au Liban car on ne me poursuit pas dans la rue pour me traiter de pute quand je ne réponds pas. On ne m’agresse pas gratuitement. On ne m’insulte pas parce que je mange pendant le ramadan. Oui, je me sens mieux et apaisée au Liban. Jamais je ne m’y suis sentie étrangère. Parce que les gens sont propres en général. Ne boivent pas dans le même verre. Parce que je raffolais comme tous les jeunes des enseignes internationales de fastfood et autres qui sont à l’heure où je te parle encore inexistante en Tunisie. Voilà la différence entre les deux pays et voilà pourquoi je me sens bien et en sécurité au Liban. Je me retrouve dans les mœurs des gens. Et je vis ma vie pleinement. En fait, au Liban, je vis tout court.

Ginette : En vivant en France, tu es encore l’étrangère ! Certains parleraient de karma.

Asma Abdelkarim : Je ne me sens pas du tout étrangère en France, loin s’en faut. Je ne m’y suis jamais sentie étrangère depuis mes premières visites alors que j’avais 7 ans. J’ai grandi dans un environnement très francophone et très francophile donc le lien avec la France existait depuis ma tendre enfance voilà pourquoi je suis très touchée par ce que subit la France aujourd’hui. 

Ginette : Dans quel contexte historico/politique arrives-tu au Liban ? Tu quittes une dictature pour un pays pas très en forme… Cependant, j’ai eu l’impression que le choc était moins grand quand tu es arrivée à Beyrouth que lorsque tu prenais le bus pour aller à la fac. Oui ? Le vrai fossé au final est un fossé non pas de classe mais d’accès à la culture ou non (ce qui hélas parfois se confond) ?

Asma Abdelkarim : Je suis arrivée au Liban juste après la libération de la bande frontalière du sud. C’était une période relativement calme. C’était un moment de béatitude cette arrivée au Liban, cela me faisait voir tout sous un angle positif.

Ginette : A Beyrouth, tu côtoies l’élite.  Comment cette jeune femme que tu es vit-elle ça ? S’en rend-t-elle compte ?

Asma Abdelkarim : Ça allait de soi… Je savais que j’avais beaucoup de chance d’être à la meilleure et la plus ancienne université francophone du Moyen-Orient. J’en étais consciente et j’ai essayé d’en profiter au maximum.

Ginette : Tu parles du sunnisme et du chiisme, tu dis qu’avant le Liban pour toi il y avait l’Islam, qu’une fois là-bas la distinction se fait et de manière évidente. Si l’on connait les différences théologiques (enfin grosso modo), comment cela se différencie-t-il concrètement ?

Asma Abdelkarim : C’est vrai. Plus jeune, il n’y avait pas ces clivages auxquels on fait face aujourd’hui, du coup le sujet n’a jamais été abordé. Pour ma part, je l’ai appris un peu avant d’atterrir au Liban suite à une rencontre que j’ai faite et qui a bouleversée ma vie. Pour ce qui est des différences concrètes, elles vont du mode vestimentaire jusqu’à la perception même de la vie et de la pratique de la religion. J’explique cela d’une manière très simplifiée dans le livre où un chapitre entier est consacré à la vie de la communauté chiite.

Ginette : Sur le thème de la religion dans notre contemporanéité, Delphine Horvilleur, femme rabin officiant dans le 15ème arrondissement de Paris explique « qu’il est nécessaire de questionner les textes fondamentaux sans relâche, à la lumière des valeurs de la société d’aujourd’hui. Les rites et les textes doivent être revisités par chaque génération, sinon ils sont morts. » (ndlr : propos tenus dans une interview de Elle). Dans une émission sur l’Iran, Azadeh Kian (politologue et sociologue, spécialiste de l’Iran) dit du chiisme qu’il est plus pragmatique et qu’il sait s’adapter aux sociétés modernes. Tu vois le chiisme comme cela ?

Asma Abdelkarim : Oui. C’est une branche de l’islam qui a prouvé sa capacité à s’adapter à la vie moderne. J’expose le mode de vie chiite longuement dans le livre. Cette flexibilité agréable à vivre et à côtoyer, qui accepte l’autre sans le juger et qui facilite la vie de ses adeptes, m’avait fascinée et me fascine toujours. Bien évidemment, le chiisme dont je parle est celui du Liban, hormis une partie qui prête allégeance à l’Ayatollah Ali Khamenei et qui adopte un mode de vie qui implique une pratique rigoureuse de l’islam mais qui reste tout de même plus « détendu » que ses homologues sunnites, la majeure partie des chiites vous séduisent avec leur douceur de vivre.

Ginette : Il y a un passage dans le livre où tu parles d’une soirée au Liban où tu dois porter une tenue traditionnelle, et tu décris à quel point les femmes orientales sont coquettes, attentives aux moindres détails, aux barrettes, aux coutures : leur beauté et leur sensualité passent par là. C’est loin de l’image qu’a le Français/Européen/occidental lambda pour qui la femme arabe sensuelle n’existe plus après Shéhérazade ! Toi-même tu parles de tes histoires d’amour. Tu ne sembles rien subir, tu es citoyenne du monde. Tu sembles casser les clichés, t’en rends-tu compte ?

Asma Abdelkarim : Oui. J’ai mis un voile et non pas une tenue traditionnelle. Je souligne ce fait parce que le voile dans nos contrées méditerranéennes n’a rien de traditionnel. C’est un intrus.

Au Liban les femmes sont très coquettes, libérées et respectées. Je me rends compte de cette idée reçue sur les femmes arabes depuis mon arrivée en France. J’étais sidérée de voir le nombre de voilées et de barbus à Paris. Pour la plupart, ce sont des gens de milieux modestes qui n’ont pas évolué avec leur temps et qui s’accrochent comme ils peuvent aux signes religieux archaïques et révolus, et surtout contestés, tout en se basant sur un discours victimaire. C’est triste mais cela a marché pour eux, pourquoi ils changeraient ? Pis encore, ont-ils les capacités intellectuelles et le recul nécessaire pour évoluer et s’adapter à leur société d’accueil ? C’est une question épineuse, mais ce qui est certain c’est que l’attitude de ces hommes et femmes d’origine arabe ou musulmane biaise notre évolution, nous les femmes arabes libres, et ça ne fait que des bulletins de vote en plus pour les élus condescendants en France. C’est un cercle vicieux.

Ginette : Aujourd’hui, on est dans une période « post » printemps arabe. On dit de la Tunisie que c’est la seule à avoir réussi son printemps. Qu’en dis-tu ?

Asma Abdelkarim : C’est loin d’être le cas. Il y a eu plusieurs attentats contre des Européens et contre les forces de l’ordre locales. Un couvre-feu a été décrété récemment suite à des manifestations violentes. Comment parler de printemps pour un pays à l’économie agonisante, aux mentalités qui se renferment de plus en plus et où le pouvoir est entre les mains d’islamistes ?

Ginette : Parviens-tu à imaginer comment serait la jeune Asma si elle avait 8 ans aujourd’hui ? Si elle en avait 18 ? Serait-elle plus ou moins libre ? Aurait-elle pu partir vivre au Liban, s’y voir s’épanouir ?

12674212_10156481737335506_2092968960_n

Asma Abdelkarim : Le Liban reste toujours ce petit miracle, ce havre de paix dans un Moyen-Orient fou, nonobstant des voisins pas des plus commodes. Je pense qu’il m’ouvrira toujours les bras, à n’importe quel âge. Je l’aime et il me le rend bien.

Ginette : Vis-tu dans la France que tu avais imaginé ? Pourquoi ?

Asma Abdelkarim : Pas vraiment. Oula ! Vaste sujet. Je dirai que J’imaginais une France utopique et que la réelle me plait bien même si j’émets quelques réserves.

Ginette : Comment expliques-tu le fait que le fait religieux ait pris tant d’importance ici ? Que penses-tu de cela ?

Asma Abdelkarim : Bah justement, c’est cela qui m’importune. On a trop laissé faire par naïveté, par condescendance, ou pour des calculs électoraux vils. Maintenant, la France récolte hélas les fruits de son laxisme.

Ginette : Je pense qu’il y a autant de formes de féminismes que de sortes de fromages en France, et je voudrais évoquer deux postures bien différentes. Elisabeth Badinter, qui au nom du féminisme appelle les femmes à ne plus se voiler, appelle la République à ne pas accepter (ce qui la fait passer pour une néo-réac). Il y a également la position d’Ovidie qui se revendique de la mouvance « porno féministe » et qui est très engagée dans la défense des travailleurs du sexe notamment. Elle dit qu’en fait demander de lever son voile à une femme au nom du féminisme c’est de l’infantilisation, que si la femme dispose de son corps librement, il faut qu’elle puisse être considérée intellectuellement et socialement de la même manière qu’elle porte un voile ou une combinaison en latex. Quelle réaction ?

Asma Abdelkarim : Je me positionne entre Badinter et Ovidie. Je suis clairement contre le port du voile en France. Nous sommes dans un pays laïc de culture judéo-chrétienne. C’est un fait. Le voile n’a pas sa place ici et le débat sur le port du voile n’a tout simplement pas lieu d’être dans l’espace public français. Si on parle des femmes en général, ce qui inclut tous les pays du monde, je suis du même avis qu’Ovidie, il faut les laisser en décider par elles-mêmes car souvent c’est un choix délibéré des femmes ou une tradition. Moi-même, si je pars dans un pays où le voile est la norme, je le porterai par respect. Je voudrais donc que les gens qui sont là respectent la France.

Ginette : Chez Dolce & Gabbana est sortie une collection voiles et hidjabs : ouverture ? Opportunisme ? Coup de comm ? Pourquoi pas ?

Asma Abdelkarim : H&M aussi a fait défiler un mannequin voilé, avec un petit piercing au nez. Laisse-moi rire ! Les femmes voilées sont censées être discrètes. C’est l’essence même du concept de voile. Alors le over make-up et les piercings avec le regard aguicheur ce n’est pas très islamique. C’est très intelligent de la part de ces enseignes. Ils misent sur les clientes fortunées du Golfe, mais encore une fois, ils contribuent à faire régner une idée reçue sur les femmes arabes, normalisent le port du voile en Europe, avec les conséquences liées à la radicalisation qu’on ne connait que trop bien en France. C’est irresponsable et bas.

Ginette : J’ai trouvé un poème de Jussieu, « Le lierre et la vigne », le connais-tu ?

Sur le mur d’un vieil ermitage,
Un lierre avec orgueil étalait son feuillage.
Une vigne, tout près de lui,
Grimpait modestement le long du même appui.
De son inutile verdure
Fier et vain comme un sot, le lierre, sans égard,
Repoussait sa voisine et couvrait la masure.
La pauvre vigne, sans murmure,
Se retirait toujours, cherchant place à l’écart.
Mais chacun eut son tour, et justice fut faite.
Un jardinier s’avance, armé de sa serpette ;
Il vient pour réparer le manoir délaissé.
Sans peine on devine le reste.
L’orgueilleux inutile, arraché, dispersé,
Laisse le mur débarrassé
A la vigne utile et modeste.

Asma Abdelkarim : Non je ne le connaissais pas. Le jardinier est peut-être la guerre mais même la guerre et la séparation n’ont pas eu raison de notre lien. C’est vraiment indéfectible !

Ginette : La réception de ton bouquin ? Quels retours ? Ta famille l’a lu ? Qu’en pense-t-elle ?

Asma Abdelkarim : J’ai eu de très bons retours et j’en suis ravie. Beaucoup de Français d’origine libanaise se sont retrouvés dans mon profil. Je ne les connaissais pas, ils ont cherché mes coordonnées pour m’écrire et me dire à quel point cela les avait touchés. C’est émouvant de recevoir et lire de longs mails d’inconnus qui vous connaissent, se livrent, vous félicitent, puis ils ne sont plus des inconnus. C’est très touchant. Ma famille est très fière de moi, j’ai leur total soutien.

Ginette : Ton livre est traduit en roumain, chapeau ! D’autres traductions prévues ? En italien ? En anglais ? En arabe ?

Capture d’écran (264)

Asma Abdelkarim : Merci. J’ai beaucoup d’affection pour la langue de Dante, j’espère qu’une occasion se présentera surtout que j’ai des copines italiennes qui sont monolingues et qui attendent de me lire. Pour ce qui est de l’anglais et de l’arabe c’est en cours d’étude.

Ginette : Tu vis en France, tu prépares une thèse. Quel est ton sujet ?

Asma Abdelkarim : Je travaille sur les changements du paysage médiatique dans certains pays arabes après le fameux printemps car même si ses tenants et ses aboutissants se discutent on ne peut pas nier que c’était un séisme qui a entrainé des transformations d’envergure sur tous les plans.

Ginette : tes projets ? Tes actualités ? Tes envies ?

Asma Abdelkarim : Je me consacre à ma thèse pour l’instant et à mes articles. Je reste tout de même à l’écoute de nouvelles opportunités qui peuvent se présenter .

 

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Raconte-moi Beyrouth #AsmaAbdelkarim »

  1. En tant que tunisien, je suis envahi de dégout à la lecture de cette interview et surtout à l’égard de cette jeune femme qui crache avec une extrême violence deconcertante sur sont pays du côté de sa mère. C’est comme un crachat qu’elle a envoyé à sa propre mère. Je ne reconnais pas cette « Tunisie » qu’elle décrit. J’ai l’impression qu’elle parle de la Libye ou de l’Algérie or la Tunisie est l’un des pays les plus ouverts et les plus modernes surtout en se qui concerne les femmes. On parle bien du pays de Bourguiba? D’ailleurs c’est curieux qu’elle oppose le Liban et la Tunisie qui on Justement en commun le faite qu’ils sont les deux pays qui sont les plus modernes et les plus ouverts du monde arabe. Mon côté compréhensif va mettre cela sur le compte de la déception d’après révolution tunisienne ou sur le fameux « on pense toujours que l’herbe est plus verte ailleurs » même si sont discours est extrêmement blessant.

    J'aime

    • Bonsoir Ouicem et merci d’avoir laissé un commentaire. Non seulement votre ressenti est légitime mais il est également tout à fait compréhensible.
      L’auteur du livre, Asma Abdelkarim raconte SA réalité de manière radicale.
      On ne peut pas lui reprocher de ne pas être directe et de ne pas assumer ses propos.

      Moi, mon seul but est de rencontrer un auteur, un musicien, un artiste afin de comprendre son écriture, sa musique, son art.
      Je ne porte pas de jugement.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s